.

Rouge ? Blanc ? Rosé ? Vous ne savez que choisir…
Et pourtant, le destin vous a choisi. Le sommelier vous a remis la carte des vins… Et vous êtes complètement perdu car malheureusement, vous n’y connaissez rien !
Heureusement, cette semaine, vous avez lu la newsletter Restopolitan et vous êtes désormais armé pour faire le meilleur choix. Car souvent, choisir un vin au restaurant peut rapidement se transformer en véritable casse-tête lorsque l’on est néophyte. Et parce que l’art de la sommellerie se fait de plus en plus rare aujourd’hui, il faut désormais être capable de se débrouiller seul.
Par chance, et pour vous aider à déjouer les pièges de la carte des vins, Restopolitan est là !

________________________________

LA CARTE DU GOÛT

Plutôt que d’apprendre par cœur les accords parfaits entre mets et vins, le plus simple sera de choisir une bouteille selon vos goûts. Plutôt blanc ? Plutôt rouge ? Sec, fruité, tannique, léger, puissant… Restez cependant attentif à la commande de vos convives, et veillez à respecter les quelques règles suivantes : un vin rouge jeune et léger (Bourgogne, Beaujolais, ou vin d’Anjou) sublimera volailles et viandes rouges grillées. Alors qu’un vin puissant et tannique (Bordeaux, Côtes-du-Rhône) se mariera parfaitement avec des viandes en sauce et du gibier. On préfèrera toutefois un vin blanc fruité (Bourgogne) pour accompagner un poisson. Un vin blanc sec (Muscadet/Gewurz) s’associera idéalement aux fruits de mer. Enfin, pour le dessert, optez pour un vin plus liquoreux, moelleux (type Sauterne).

LE MILLÉSIME

Le millésime, correspond à l’année de récolte et de production du vin, et permet de donner une bonne indication sur la qualité du vin. Pour un vin rouge, vous trouvez de bons millésimes en 2003-2008 et 2009, alors que pour les blancs il faudra s’orienter vers les années 2004 et 2007. Toutefois, il n’y a pas de règle d’or… La qualité du vin reste variable selon les domaines.

DÉGUSTATION

C’est désormais le moment de goûter ! Traditionnellement, le serveur vous présente la bouteille, et vous invite ainsi à vérifier qu’elle correspond à celle que vous avez commandée. Une fois chose faite, saisissez votre verre, de préférence par le pied, faites tourner délicatement le vin et observez sa couleur, sa robe, puis portez le verre à votre nez pour sentir les différents arômes, et enfin portez-le à vos lèvres. Gardez le vin en bouche quelques secondes en le faisant rouler sur votre palais. Puis prenez le temps d’apprécier, de savourer

COMME RECONNAITRE UN VIN « BOUCHONNÉ » ?

Il est impossible à l’œil de distinguer un vin bouchonné ! Utilisez votre odorat. Tout est une question d’éducation, celle de notre odorat, qui pour discerner un vin bouchonné doit pratiquer et apprendre à reconnaître l’odeur du liège… Si toutefois la bouteille que vous avez commandée n’est pas bouchonnée mais qu’un goût désagréable persiste, votre vin peut avoir tourné, et pris le goût du vin cuit. Cela est dû à des variations de températures lors de sa conservation.

SOMMELIER… VOUS ÊTES SAUVÉ !

Si le restaurant que vous avez choisi dispose d’un sommelier alors soyez serein, car il vous assure de tomber sur un vin en accord avec vos plats. La carte est généralement faite par le sommelier. Ainsi, laissez-vous guider par le maître des vins, il saura à coup sûr trouver le bon équilibre et éveiller votre curiosité d’œnologue en herbe.

Autre alternative qui peut s’avérer intéressante et ludique, celle du vin au verre. Le sommelier pourra ainsi vous faire découvrir de somptueux accords entre mets et vins et exalter vos papilles. Laissez-vous par exemple bercer par la subtilité d’un vin blanc sec pour accompagner vos coquilles Saint-Jacques ! Un verre de rouge plus corsé pour épouser votre magret de canard, et finissez par une coupe de champagne pour sublimer votre moelleux au chocolat. L’objectif est de mélanger subtilement les vins pendant votre repas. Ainsi vous passerez du statut de néophyte à celui de connaisseur en l’espace d’un repas…

Retrouvez notre sélection de Bars à Vins dans toute la France : c’est par ici