Derrière la vitre, un grand monsieur, en chemise blanche et l’air bienveillant, s’approche et nous ouvre la porte : « Madame, Monsieur, bonsoir ; bienvenue à la Table de Botzaris ! » On sourit, on dit bonsoir, puis on entre.

 

A l’intérieur

On pénètre dans un lieu simple, mais chic : les murs sont blancs , une belle bibliothèque en bois précieux abrite mille livres de cuisines et des miroirs habillent les murs. Il est 20h30, il n y a pas encore de monde et nous avons l’impression d’être invités chez quelqu’un.

la-table-de-botzaris

Le Chef

Le Monsieur de la porte nous indique notre table avec sourire et douceur, on s’assoit et il nous fait découvrir la carte : en première page, il y a le mot du chef :

« Mehdi Corthier a exercé dans des établissements de prestige, tels le restaurant Jules Verne, au deuxième étage de la Tour Eiffel, la Table d’Anvers, anciennement dirigée par les frères Conticini, ou encore, le restaurant étoilé Le Manoir de Paris, mais également le Concorde Lafayette. Il a collaboré avec Alain Ducasse et nous vient en dernier lieu de l’Hôtel du Louvre. Il entame un tournant dans sa carrière et prend le pari de reprendre une adresse qui fut jadis exploitée par le chef de renom : Eric Frechon (désormais au Bristol) Implanté dans le quartier typique de la Mouzaïa, Mehdi Corthier qualifie cette étape de pari »

A la fin de la lecture, j’aperçois sur la bibliothèque, plusieurs photos du Monsieur-qui-nous-a-ouvert-la-porte, aux côtés de Chefs et d’équipes de cuisine et j’en conclu que ce fameux Monsieur, c’est le Chef en personne !

Les entrées

FullSizeRender (1)

« En entrée je vous propose Le panais et le Thon mariné, la Queue de bœuf et sa compotée de pomme-poires, le Saumon mariné superposé aux poireaux, le Foie gras de canard mi- cuit et poiré de figues(…) »

Saumon et poireaux, c’est un beau mariage, et encore plus quand il se célèbre dans ma bouche, alors je porte mon choix sur ça. Ma compagne elle, opte pour le Panais et le Thon mariné en Pana cotta froide.

FullSizeRender (3)

Mehdi Corthier prend nos commandes et nous propose aussitôt un amuse-bouche offert par la maison : Mousse de carottes, ail et gros sel, servi en verrine avec un cake salé et grillé, un pur délice !
Les entrées sont là : l’assiette est jolie, le saumon est frais, les poireaux sont fondants, les poivrons sont croquants, je me régale !

Curieux et gourmand, j’aventure mon audacieuse fourchette dans l’assiette de Panais et Thon en Panacotta et mes papilles sont tout aussi heureuses.

La salle commence peu à peu à se remplir, mais il y a peu de bruit, c’est très intime, la chaleur de la cuisine nous arrive jusqu’au pied, c’est agréable.

Les plats

 

« Filet de bœuf de Bavière et gratin de pomme de terre, Gros Encornet farci au riz façon paella, Sanglier au vin rouge et chocolat, Magret de Canard rôti aux deux purées, Filet de Dorade poêlé et sa tombée d’Endives »

image2

Mon amour pour la viande est plus fort que tout et je ne puis résister à l’appel d’un filet de bœuf, encore moins à celui d’un Chef. Ma compagne choisi le canard aux deux purées et nous commandons du vin : deux verres d’un Haute Côte de Nuit 2008 pour « accompagner les deux viandes » d’après les conseils du Chef. Le vin est léger, assez épais, très agréable en bouche.

Les assiettes sont là et nos yeux s’amusent.

Mon couteau, tout aussi gourmand que moi, s’attaque à la pièce de bœuf et… Et quel gout !

FullSizeRender (2)

Le morceau est noble, il a maturé trois semaines, il est fondant, tendre et assaisonné tout juste comme il le fallait.
Le gratin de pomme de terre cependant, est un peu juste, trop fin, pas assez généreux.
Le magret de canard est d’une tendreté sans pareille : rosé, nappé de jus et accompagné de ses deux purées, l’une à la pomme de terre, l’autre à la carotte ; un délicieux mariage de saveurs.

A la vue de nos mines réjouies, le Chef s’empresse de nous faire part de la carte des desserts : je choisi le croustillant de mousse de chocolat noir et  la dame aussi.
Arrivée sur la table, la mousse, d’un marron clair et brillant, est surmontée d’une tuile fine de caramel, qui craque et qui croque ; un bon dessert qui clôt un repas, fin, copieux et délicat.

Que dire ?

Hormis la qualité des mets, c’est surtout l’accueil et la proximité du Chef qui marque. Véritablement aux petits soins avec nous, il nous a conseillé, expliqué la composition des assiettes, servi avec sourire et plaisir.

Cette sensation d’être dans un lieu intime, sans prétentions, sans apparats, nous laisse un goût agréable en bouche. Ce fût un bon moment.

Prix : Deux entrées, deux plats, deux desserts et deux verres de vin : 75€ avec l’offre Restopolitan.

Rapport qualité prix : Excellent.

Offre Restopolitan : Entrée+Plat+Dessert

Cliquez ici pour réserver

Bon appétit!